Calogero condamné pour plagiat2 comments

par sandrine
poste le 31 mar 2010 a 10:20

fete_de_la_musique_paris_top_calogero_001Le Tribunal de Grande Instance de Paris vient de condamner le chanteur Calogero pour « contrefaçon de droits d’auteurs », pour avoir, semble-t-il, copier un morceaux d’une oeuvre musicale déjà existante.
Serge Didier et Arnaud Pierrat, un duo d’auteurs-compositeurs ont lancé une procédure concernant la chanson de Calogero « Un jour parfait » car le morceau présentait « sur le plan musical d’importantes similitudes » avec le morceau du binôme Dider-Pierrat baptisé Le Feu De Willial (déposé un an plus tôt à la Sacem). C’est « le motif d’accompagnement à la guitare » de cette dernière chanson qui reprendrait « les caractéristiques essentielles » de celui du Feu De Willial. Sont donc « coupables d’actes de contrefaçon », Calogero Maurici, son frère (ex des Charts) Gioacchino Maurici, l’éditeur Klaxon Impek International Music Publishing, le producteur Rapas (!) et le distributeur Universal Music France.
Chacun doit verser 40 000 euros aux plaignants pour l’atteinte leurs droits patrimoniaux d’auteur et 5 000 euros pour celle à leurs droits moraux d’auteurs.  » un jour parfait » aura coûté cher à notre Calo national…

 

Voir aussi
pub

2 Comments

  1. alastrelle said on 31 mars 2010 à 21 h 48 min

    C’est bien amusant ce qui lui arrive car il m’est arrivé la même chose …

    J’ai réalisé un album pop rock il y a quelques années avec ma copine sous le pseudonyme Alastrelle, composé de 9 titres originaux.

    Ayant peu de connaissances sur Paris, j’avais, par l’intermédiaire d’un ami de Grenoble qui le connaissait, déposé dans la boite au lettres de son éditeur rue Miromesnil deux exemplaires de notre album pour avoir un avis ou en rêvant un peu, un coup de pouce …

    Mon ami et moi n’avons jamais eu de nouvelles, par contre moins d’un an après le single « le saut de l’ange » sortait, avec des similitudes étranges, d’autant plus que nous sommes sures qu’il a écouté nos compos.

    La tonalité n’était plus la même car notre titre « l’amour en décalage » est chanté par ma copine, cependant l’envolé du refrain, son groove, la mélodie étaient très proche.

    Le titre était déjà déposé a la sacem, je n’ai jamais rien fait car je pensais que d’une part ce genre de chose est difficile à prouver, d’autre part il y a toujours un doute, et que juridiquement je n’aurais jamais fais le poids.

    Au moins il aura était puni grâce à un autre compositeur

    A+

  2. sandrine said on 1 avril 2010 à 8 h 20 min

    Désolée pour ce qui t’es arrivé. Ta conviction autait pu faire la différence, en défendant ton bien même si tu es anonyme, cela fait partie de tes droits de citoyens. Mais il parait que a roue tourne…

Leave a Reply

/Tweeter